28 novembre 2008

[Naruto] Pile ou Face (chapitre 1)

IMG a venir

Manga: Naruto
Nombre de Chapitre Indéterminé.
Pairing: ShikamaruxTemari
Disclaimer: les personnages appartiennent à leur auteur respectifs, Masashi Kishimoto.

Pile Ou Face:

Ce n'est pas une fille galère, elle.

Devant les portes du village de Konoha, Shikamaru attendait, les mains dans les poches et une cigarette au bec. Il fixait la forêt, attendant une personne qui ne venait pas. Il marmonna un énième « galère » et écrasa sa cigarette sous son pied. Enfin, elle arrivait. Elle marchait tranquillement sur le chemin qui reliait Konoha à la forêt, ses bras se balançant le long de ses jambes au rythme de sa marche. Elle ne se pressait pas, était relativement calme. Son immense éventail était bien sur son dos, et ses cheveux blonds voletaient au rythme du vent, malgré qu’ils soient attachés en quatre couettes. Enfin, elle arriva à sa hauteur, et lui adressa un petit sourire moqueur devant l’expression ennuyée qu’arborait le stratège.

 

_ Alors Nara, on est tombé du lit ?

 

L’interpellé passa sa main sur son visage, et répondit d’une voix lasse :

 

_ Je me suis levé à 8 heure parce que mademoiselle arrivait de Suna pour 9h, et que je devais l’accueillir comme il se doit. Et tu réussis à arriver à midi, comme une fleur, tranquillement, sans te presser.

 

Cette dernière phrase fut dite avec une légère teinte de reproche qu’aucun des deux ne releva. Temari soupira devant la paresse de son ami, et répondit avec la même pointe de sarcasme :

 

_ Pour ta gouverne, il y a trois jours de route entre Suna et Konoha. Qui plus est, je crois savoir que je suis humaine et que j’ai mes limites et mes faiblesses comme tout le monde. Je m’excuse pour mon retard !

 

Cette dernière phrase fut dites avec autant de reproche que celle du chunnin, et ils sourirent tout deux. Ils étaient comme toujours, envers et contre tout, en phase. Shikamaru se retint de dire : « les faiblesses c’est pour les femmes », ne voulant pas recevoir un coup d’éventail sur la tête en pleine matinée. Ils commencèrent donc à pénétrer dans le village et à marcher dans les rues. Parfois, ils croisèrent leurs amis et les saluèrent d’un signe de main. Sinon, leur marche était relativement silencieuse, tous deux étaient perdus dans leurs pensées. Puis, las de ce silence, au grand étonnement de la blonde, le brun décida de prendre la parole :

 

_ Tu me rappelles pourquoi tu es là ?

 

Temari posa ses mains sur ses hanches, le sourcil levé. Il devait l’accueillir, l’accompagner mais n’était pas au courant de la raison de sa visite à Konoha ? Ce garçon avait beau avoir deux cent de QI, il n’en restait pas moins imprévisible et légèrement déroutant.

 

_ Gaara m’a envoyé en mission à Konoha, je dois faire des recherches sur certaines plantes étranges qui ont poussées en bordure du village. L’Hokage devait me recevoir, mais je passerai plutôt à la bibliothèque. Je ne veux pas embêter Gondaime et la bibliothèque de Konoha est la plus fournie de tous les villages ninjas !

 

Elle avait dit ceci en haussant les épaules. Cette mission ne l’intéressait pas vraiment, des Gennins auraient pu l’accomplir avec succès. Mais Gaara avait préféré qu’une personne de confiance se rende au village du feu. Et elle le soupçonnait même de l’avoir envoyée dans cette mission absurde dans le seul but de renforcer l’alliance entre Konoha et Suna.

 

Shikamaru l’avait écouté silencieusement pendant son monologue, et trouvait effectivement que la mission était d’un niveau trop bas pour la kunoichi. Mais il ne l’avouerait jamais à voix haute. Il avait un honneur et une réputation de sexiste né à préserver.

 

Justement, ils arrivaient à la bibliothèque. C’était un grand bâtiment peint en blanc, avec l’immense signe de Konoha surplombant la porte d’entrée. Autour du sigle du village, était inscrit en fines lettres capitales : bibliothèque de Konoha.

 

Temari sourit devant la grandeur du bâtiment. Shikamaru ouvrit la grande porte en bois, et la jeune femme entra sur ses talons. D’immenses étagères remplies d’ouvrages et de livres en tout genre occupaient près des trois quart de la pièce. Quelques tables étaient installées, permettant aux lecteurs de lire confortablement. Derrière un bureau, une jeune femme rousse aux lunettes en cul de bouteille rangeait des livres sur une étagère, sur la pointe des pieds.

 

_ Bonjour Shiho. S’écria Shikamaru à l’attention de la rousse.

 

Cette dernière, reconnaissant la voix du garçon, glissa et tomba par terre, se faisant écrasée par une pile de livre. Shikamaru arriva derrière elle et l’aida à se relever. Shiho rougit et se dégagea des bras du garçon, le saluant respectueusement.

 

_ Shikamaru-san, c’est rare de vous voir ici !

 

_ J’accompagne la demoiselle. Marmonna-t-il en pointant Temari du doigt.

 

Cette dernière fronça les sourcils, mais ne dit rien. Shiho lui jeta un regard, et salua la blonde respectueusement, qui lui répondit par un vague « salut ». Temari demanda à la bibliothécaire ou se trouvait les livres concernant les plantes médicinales, et Shiho l’accompagna dans l’arrière boutique. Elle sortit quelques minutes plus tard. La blonde avait besoin d’être seule et concentrée pour rechercher cette plante rare, sur laquelle même l’immense bibliothèque de Konoha n’avait que très peu d’information. Shiho rejoignit Shikamaru, qui était appuyé sur une table, attendant que Temari ait fini. La rousse l’observait silencieusement. Qui était la jolie fille qui l’accompagnait ? Cette question tortura la bibliothécaire pendant quelques minutes, et elle s’autorisa enfin à poser la question.

 

_ Shikamaru-san… cette fille est…est-elle votre petite amie ?

 

Elle ravala sa salive, espérant que le garçon lui réponde par la négative. En effet, la rousse était secrètement amoureuse du stratège, mais était trop timide pour se déclarer, préférant observer le garçon de loin et se délectant des rares visites qu’il lui rendait.

 

_ Non. C’est la sœur aînée du Kazekage. Répondit-il dans un murmure.

 

_ La sœur du Kazekage ? C’est tout ? s’écria la rousse.

 

Shikamaru haussa les sourcils. C’est tout ? Ce n’est pas rien de faire partie de la famille du chef de village de Suna. Mais il ne releva pas. Shiho sourit, rassurée et heureuse que cette belle fille ne soit pas la petite amie de Shikamaru. Elle n’avait nullement fait attention au fait que Temari était la sœur de Gaara.

 

Puis, une pensée traversa l’esprit de la bibliothèque. Ils étaient seuls, tous les deux, et se voyaient rarement. La fille dans la pièce à côté n’était pas sa petite amie. Et si… et si elle se déclarait ? Le rouge lui monta immédiatement aux joues et elle recula. Non, c’était une idée stupide. A quoi cela servirait-il de se déclarer ? Il ne voudrait certainement pas d’elle de toute manière. Elle continua à reculer, pour qu’il ne voie pas son visage rouge de gêne et d’émotion. Avant qu’elle ne se rende compte de ce qu’elle faisait, le stratège cria :

 

_ Attention !!

 

Mais c’était trop tard. Shiho était étalée par terre, sous une énorme pile de livre. Shikamaru se pencha vers elle, et l’aida à se relever. Dans le feu de l’action, Shiho atterrit dans les bras de Shikamaru. Elle n’osa plus bouger, son visage coincé contre le torse du garçon. Elle devint cramoisie et releva le visage vers le Nara qui demandait si elle n’avait pas mal. Ces paroles se perdaient dans son esprit, et elle ne se focalisait que sur ses lèvres. Peut-être… peut-être qu’il l’aimait un peu ? Il avait l’air tellement inquiet… Sans réfléchir, elle se mit sur la pointe des pieds et posa ses lèvres sur celle du garçon, qui écarquilla les yeux. Ce fut un baiser chaste, doux et court. Mais pas suffisamment court, car Temari arriva en plein milieu de la scène en s’écriant :

 

_ Qu’est-ce qu’il c’est passé ? J’ai entendu un…

 

La fin de sa phrase s’évanouit dans l’air. Shiho s’écarta des bras de Shikamaru, qui rougissait à vu d’œil et plaça sa main derrière sa tête en balbutiant quelques mots qui n’avaient aucun rapport entre eux. Temari tourna la tête vers Shikamaru, puis vers Shiho et recommença ce manège trois fois. Elle fronça ensuite les sourcils, croisa ses bras sous sa poitrine en marmonnant :

 

_ Et bien c’est du joli. Dans une bibliothèque en plus…

 

Shiho était rouge de honte et ne savait pas quoi dire. Elle se contenta de baisser la tête alors que Shikamaru essayait de se rattraper.

 

_ Temari, je vais t’expliquer…

 

_ Inutile, la scène parle d’elle-même, le coupa-t-elle, glaciale. Je vais vous laisser continuer vos mamours, je rentre à Suna !

 

Et c’est sur ces mots qu’elle quitta la pièce en claquant la porte derrière elle. Shikamaru essaya de contourner les livres pour la rattraper mais quelque chose le retint. Shiho agrippait la manche du ninja comme un enfant, n’osant pas lever la tête vers lui.

 

_ Shikamaru-san, je… je t’aime…

 

Le stratège écarquilla les yeux de surprise. Cette déclaration ne tombait pas à point nommé, et il ne savait pas quoi lui répondre. Mine de rien, il aimait bien Shiho mais…seulement en tant qu’amie. Il chercha ses mots, puis posa sa main sur l’épaule de la jeune fille en murmurant :

 

_ Je suis désolé Shiho.

 

Cette dernière leva la tête vers le visage du garçon, et ils se regardèrent dans les yeux longtemps. Pleins d’émotions passèrent dans ce simple regard. La tristesse, la désolation, l’incompréhension, la surprise, la gêne…  La bibliothécaire fut la première à se dégager de ce regard si intense.

 

_ Ce n’est pas votre petite amie… mais vous…

 

Shikamaru fronça les sourcils, attendant la suite. Mais la rousse ne finit pas sa phrase, qui mourut dans sa bouche. Elle lâcha la manche du garçon et lui sourit tristement.

 

_ Rattrapez-la. Murmura-t-elle

 

Shikamaru hocha la tête, puis sortit de la bibliothèque en criant un « désolé » avant de partir. Shiho lui fit un signe de main, puis ses jambes la lâchèrent et elle s’effondra dans les livres, ne retenant plus ses sanglots et ses larmes.

 

Shikamaru courrait dans Konoha. Les gens s’écartaient sur son passage, le regardant d’un air mauvais ou surpris. Il s’en moquait. Ce qui comptait dans son esprit, c’était de rattraper Temari avant qu’elle ne parte. Choji et Ino le croisèrent, et retinrent un hoquet de surprise en voyant leur ami courir. Shikamaru courir, c’était tout un concept. Et devant leurs yeux, ce dernier battait les records de vitesse. Mais ils n’eurent pas le temps de l’appeler, qu’il avait déjà disparut. Shikamaru criait intérieurement : J’espère qu’elle n’a pas encore quitté le village… merde !

 

Le Nara arrivait enfin aux portes du village, et la blonde s’enfonçait dans la forêt. Le stratège eut du mal à la rattraper, elle courrait vite et ne voulait pas le laisser la rattraper. Mais prise par ses tourments et par la vitesse, elle glissa sur une branche. Elle réussit à se rattraper, mais cette erreur permit à Shikamaru de la rattraper. Lorsqu’il atteignit sa hauteur, il lui attrapa le poignet, l’empêchant ainsi de s’enfuir, et ils s’arrêtèrent. Temari ne se retourna pas, sachant parfaitement qui était derrière elle. Un soupir s’échappa de sa bouche, un soupir d’exaspération et de tristesse.

 

_ Temari… commença le garçon

 

_ Elle n’est pas comme moi… murmura la ninja du sable.

 

Shikamaru écarquilla les yeux, ne comprenant pas où la blonde voulait en venir. Mais sans un regard au brun, elle continua :

 

_ Elle n’est pas comme moi… cette fille. Elle est intelligente, elle m’a l’air douce et patiente. Généreuse et gentille… Elle n’est pas ninja, son corps n’est pas couvert de cicatrice et de blessure. Elle est polie, n’est pas méprisante ou hautaine. Elle est une fille qu’il faut protéger, elle ne s’énerve pas, et malgré ses lunettes, elle est surement très jolie. Ce n’est pas une fille galère, elle…

 

Elle tourna la tête vers le garçon, et des larmes coulaient sur les joues de la kunoichi. Shikamaru la regarda, sans un mot. Il l’a trouvait magnifique à ce moment là. Jamais il n’avait pu penser voir un jour autant de fragilité et de tristesse dans ces yeux verts. Mais malgré ses larmes, elle finit sa phrase :

 

_ Alors pourquoi… pourquoi es-tu là ?

 

Elle n’étouffa pas de sanglot, ses larmes coulaient doucement sur ses joues. Mais elle ne se laissa psa consumer par la tristesse, ne voulant montrer aucun signe de faiblesse. Ils se regardèrent, avec autant d’intensité que lorsque Shikamaru avait regardé Shiho. Si ce n’est plus. Elle s’offrait à lui, vulnérable, belle. Jamais il ne l’avait vu ainsi, et s’il était tombé amoureux de la Temari méprisante et dynamique, cet aspect de la personnalité de la jeune femme l’avait conquis.

 

Il essuya une larme qui coulait sur les joues de la belle, et murmura dans un sourire :

 

_ Il faut croire que je préfère les filles galères…

 

Et sans attendre de réponse, il déposa timidement ses lèvres sur celles de Temari. Elle écarquilla les yeux, mais son corps se laissa rapidement envahir par ce sentiment de protection et de bien être. Elle répondit au baiser, leur langues se taquinèrent et jouaient ensemble. Leur baiser devint plus fougueux, plus passionné. Et tout l’amour qu’ils ressentaient l’un pour l’autre s’échappé par ce baiser. De l’amour, du désespoir, de la passion… Désormais, dans les bras l’un de l’autres, ils ne formaient plus qu’un.

 

A suivre...


 

Note de l’auteur : Merci d’avoir lu ce chapitre ! A la base, cette histoire devait être un Oneshot, mais j’avais la furieuse envie d’en faire une histoire sur leur couple. Leur amour, leur haut, leur bas. J’espère que ça plaira.

Note de lecture plus précise à la fin de la fanfic.

Des avis/critiques ?

 

Posté par Harue à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur [Naruto] Pile ou Face (chapitre 1)

Nouveau commentaire